LADISLAS KIJNO

1921 Varsovie / 2012 Saint-Germain-en-Laye

Peintre français

Figure majeure du mouvement de la peinture informelle (mouvement pictural né au début des années 1950 en Europe et aux US). Peinture informelle ou art informel désignent de nombreuses tendances de la peinture moderne : abstraction lyrique, expressionnisme abstrait ou action painting.

La peinture est déstructurée et les œuvres sont souvent réalisées dans l’instant avec une part d’improvisation. C’est une peinture abstraite dans laquelle l’artiste crée des signes auxquels il donne ensuite un sens.

Ladislas étudie la philosophie avec Jean Grenier puis fréquente l’atelier de Germaine Richier dans l’après seconde guerre mondiale.

Il a multiplié les vaporisations et s’est imposé comme l’un des maîtres de la technique dite du froissage.

Il a beaucoup œuvré avec des poètes et on retrouve de nombreux hommages dans ses créations (Staël, Mandela, Galilée).

Ladislas participe à la Biennale de Venise en 1980.

1989 : il travaille la rose du portail de notre Dame de Treille (Lille).

1991 : numéro de la revue l’Amateur d’art consacré à Ladislas (« je suis un moine de l’art »).

En 1996, Kijno suggère à Monseigneur Vilnet, Évêque de Lille, l’idée de dédier cette partie « moderne » de la crypte à un espace d’exposition d’œuvres contemporaines sur le thème de la passion du Christ. Sept années plus tard, le centre d’art sacré contemporain voit le jour.

Inauguré le 7 décembre 2003, il accueillera quelques grands noms de la création artistique contemporaine : Georg Baselitz, Lucio Fontana, Robert Combas, Kijno ou Andy Warhol.

Ce diaporama nécessite JavaScript.